Photos

Photographer's Note

Affaire PSIG – Episode XIII

PICHARD a des doutes

L’esprit embrouillé par les nombreuses pintes de bière bues au Bar central, l’inspecteur PICHARD traversa le Pont AMOS dans le froid et les courants d'air. Il vivait très mal cette nouvelle déconvenue dans son enquête. Il craignait par dessus tout que le Courrier Mosellan ne s’intéresse à l’affaire pour le démolir dans ses colonnes en apprenant l’échappée de FERANICE. Il avait aussi peur de ses supérieurs hiérarchiques, lui qui était sorti de l’école nationale de police avec un classement très moyen, il n’a pas pu intégrer les filières prestigieuses de la police. En arrivant dans le service, tout le monde avait remarqué son manque d’assurance et d’initiative. Discret voire silencieux, il ne s’était fait aucun ami depuis son arrivée dans le service.

Il repensa à toutes les mauvaises surprises de cette affaire. Il y a eu d’abord cette vieille folle du parking Saint-Jacques donnant une piste ridicule avec la fouille archéologique par l’INRAP dans l’église SAINT-PIERRE-AUX-NONNAINS, puis l’impossibilité de mettre une première fois la main sur FERANICE, absent de son logement, et maintenant, cette deuxième échappée de FERANICE sous son nez, alors qu’il était sur le point de lui mettre la main dessus. Cela faisait beaucoup.

PICHARD ne voulait plus prendre de risques. Plus question de mettre des moyens importants pour cette enquête. Il songea à organiser une filature de Nelly GRANJEAN qui aurait peut-être directement conduit à FERANICE. Mais, il fallait mettre en marche toute une équipe et surtout devoir justifier son plantage à Nancy en voulant arrêter LE BORGNE.

Il se souvînt que la voiture grise conduite par PICHARD était immatriculée 1999 HR 56. C’était tout ce qu’il avait pu retenir avec le bras levé par LE BORGNE au moment où sa voiture démarra. Cette immatriculation dans le département du MORBIHAN allait peut-être donner un repère, une nouvelle piste. Après des recherches sur le fichier, il trouva que la voiture ne correspondait pas à la marque de celle enregistrée au fichier national des immatriculations. La voiture était un véhicule utilitaire et la série de chiffre correspondait marchand ambulant de glaces établi à GUIDEL. Rien à voir avec l’affaire. De toute évidence, LE BORGNE avait maquillé l’immatriculation de sa voiture, sans doute pour mieux réussir son trafic d’alcool en toute discrétion.

Le fil relié de l'enquête.

carper, Muse, xavshot, bwiti, eleparc, jlbrthnn has marked this note useful

Photo Information
Viewed: 1849
Points: 20
Discussions
Additional Photos by Fabrice RINGARD (P-S-I-G) Gold Star Critiquer/Gold Star Workshop Editor/Gold Note Writer [C: 2910 W: 75 N: 4020] (25536)
View More Pictures
explore TREKEARTH