Photos

Photographer's Note

A peu près la même photo que la précédente avec un plan élargi.
Albina est la capitale de la région du Marowjine et est peuplée de 4000 habitants. Elle est fondée, le 13 décembre 1846, par un ancien caporal de l'armée allemande, August Kappler, sur le site d'une ancienne colonie des Caraïbes (du chef Kwakoe). L'endroit est à 3 mètres au-dessus du plus haut niveau des eaux du fleuve, qui fait, ici, environ 2,2 km de large. Kappler baptise l'endroit Albina, du prénom de sa fiancée et future femme Albina Liezenmaier. Près du site, il y avait, auparavant, un village amérindien appelé « Abrina », qui, cependant, n'a rien à voir avec le nom d'Albina (les locaux appellent aussi l'endroit Kaplari, du nom de Kappler lui-même). Kappler ne venait pas là pour la première fois. Alors qu'il occupait le poste de commandant du district militaire Willem Frederik, sur le fleuve Maroni, il avait déjà recherché un emplacement approprié pour s'installer après son service dans l'armée hollandaise, au Surinam. Il voulait y collecter des spécimens (comme les papillons et les insectes), couper du bois et commercer avec les marrons locaux et d'autres tribus indigènes le long du fleuve.

L'endroit était très isolé au moment de sa fondation (il y avait eu un certain nombre de camps militaires néerlandais le long du fleuve, mais ceux-ci étaient abandonnés depuis un certain temps) et n'était accessible que par le fleuve.

De l'or est découvert, dans le district de Lawa, dans la seconde moitié du 19ème siècle. La ville grandit rapidement et, en 1876, devient le siège du commissaire de district. Après la Première Guerre mondiale, Albina se fait connaître comme station balnéaire. Le long du fleuve, sur Emmastraat, on trouve beaucoup de maisons en bois, blanchies à la chaux, qui ressemblent fortement aux manoirs de Paramaribo. De nombreux habitants de Paramaribo viennent ici, pour quelques jours de vacances ou pour une excursion d'une journée. Vers la fin des années 1920, une route est construite, depuis Moengo. Elle fait maintenant partie de la liaison est-ouest. Le 27 février 1969, un service de traversier est ouvert, en direction de Saint-Laurent-du-Maroni. Dans les années 1980, Albina est devenue une destination prisée des excursionnistes de Paramaribo.

La ville subit des dommages importants pendant la guerre de guérilla du Surinam (1986-1992). En décembre 1986, Albina est incendiée par l'armée nationale du Surinam, puis l'endroit est pillé à plusieurs reprises, pendant la guerre civile, par l'armée et le commando de la Jungle. Une grande partie d'Albina est détruite et de nombreux Surinamais fuient de l'autre côté du fleuve. À la fin de la guerre, la reconstruction commence, le long du Maroni, avec l'aide néerlandaise au développement. Le traversier, pour Saint-Laurent-du-Maroni, est remis en service. Cependant, le Gouvernement surinamais investit peu dans l'est du Surinam et la police et l'armée ont peu d'influence.

Ces dernières années, de nombreux garimpeiros brésiliens, souvent entrés illégalement au Surinam, viennent vivre dans le village. La plupart arrive des favelas. Leur position sociale est précaire. (source wikivoyage).

Bonne journée à tous

jjcordier has marked this note useful

Photo Information
Viewed: 460
Points: 2
Discussions
  • None
Additional Photos by Olivier Cantuern (Zolive) Gold Star Critiquer/Gold Star Workshop Editor/Gold Note Writer [C: 586 W: 113 N: 629] (5895)
View More Pictures
explore TREKEARTH