Photos

Photographer's Note

Notre actuelle fête du Travail du 1er mai tire son origine de manifestations de 1886 outre-atlantique. Les syndicats américains faisaient en effet pression depuis quelques années sur les employeurs pour obtenir une limitation de la journée de travail à huit heures. Ils choisissent de manifester le 1er mai parce que ce jour-là marque le début de l’année comptable de la plupart des entreprises américaines et que de nombreux contrats retiennent aussi cette date comme terme.

À l’issue de la journée du 1er mai 1886, 200 000 travailleurs obtiennent la journée de huit heures. Ceux dont les patrons ont refusé entament alors une grève générale. Ils sont environ 340 000 sur l’ensemble du territoire américain.

Ces événements ont de telles répercussions dans le milieu syndical que la IIe Internationale, réunie à l’été 1889, retient cette date du 1er mai comme journée de manifestations et d’actions en faveur de la journée de huit heures. Le 1er mai 1890 voit donc d’innombrables défilés dans la plupart des pays d’Europe.

L’année suivante, l’un d’entre eux tourne mal : à Fourmies, dans le département du Nord, la police tire et fait neuf morts parmi les manifestants. L’Internationale socialiste confirme alors sa position de 1889. Pour l’appuyer, la Russie bolchévique fait en 1920 du 1er mai un jour chômé, fête légale des travailleurs.
Il y a donc, depuis 1890, des manifestants du 1er mai dans les rues des villes, mais ce jour-là n’est pas cité pour autant comme fête du Travail.

Ce n’est qu’en 1919, exceptionnellement que le jour est chômé, car le Sénat fait passer la durée du travail à huit heures et accorde cette journée de congé pour fêter l’événement. Mais on continue à travailler les 1er mai des années suivantes.

Le 1er mai n’est enfin déclaré Fête du Travail et jour chômé qu’en 1941, sous le gouvernement de Vichy, à l’initiative du secrétaire d’État au Travail de Pétain, le socialiste et ancien dirigeant de la CGT René Belin.
À la Libération, le nouveau gouvernement annule de nombreuses décisions de Vichy, mais pas celle-là : le 1er mai reste férié, mais sans intitulé officiel, l’idée de travail ou de fête des travailleurs n’est reprise… que dans nos têtes mais pas dans les textes.

Marie-Odile Mergnac

-------------------------------------------------------
Photo(s) -voir WS - prise(s) lors de la manifestation contre la retraite à62 ans
Clin d'oeil du titre avec l'affiche au fond.
Cette année en France, vu la proximité avec l'élection présidentielle (le 6 Mai), il va y avoir du monde dans les rues!

Dédicace à Marine qui nous laisse sans nouvelles depuis plus de 3 mois. Tu nous manques!

gildasjan, jjcordier has marked this note useful

Photo Information
Viewed: 1125
Points: 12
Discussions
  • None
Additional Photos by Claude SIMONIN (CLODO) Gold Star Critiquer/Gold Star Workshop Editor/Gold Note Writer [C: 2232 W: 1095 N: 2088] (28962)
View More Pictures
explore TREKEARTH