Photos

Photographer's Note

En photographiant la cathédrale Sainte-Marie-Majeure de Marseille, j’ai ajouté à ma composition ces espadrilles suspendues sur un fil. Ce phénomène a même un nom : le Shoes tossing (aussi appelé le Shoefiti).

Personne ne connaît vraiment l'origine du Shoes tossing, mais le mouvement est issu des États-Unis, et s'est rapidement étendu aux pays d'Europe, à la Nouvelle-Zélande, ainsi qu'à la péninsule ibérique.

Certains pensent que le fait de suspendre ainsi les chaussures sur les fils téléphoniques ou électriques des grandes villes est un moyen de repère pour la vente de stupéfiants, la présence de chaussures servant alors d'enseigne.

Dans de nombreuses villes américaines, où sévit la guerre des gangs, la présence de ces chaussures suspendues indique une sorte d'entrée dans un territoire.

Le Shoes tossing servirait également à fêter la fin d'une année universitaire, le fait de lancer ses chaussures sur les fils des grandes rues des villes permettant d'inscrire de façon significative son détachement à la période estudiantine.

Dans le domaine militaire, aux Etats-Unis, il paraîtrait même que la tradition du Shoes tossing remonterait aux années 80, où, une fois l'engagement du Marine terminé, celui-ci se devait de jeter ses rangers et de les suspendre aux fils pour marquer le retour à la vie civile.

Enfin, le Shoes tossing (ou Shoefiti) serait un art de rue. Un peu comme le graffiti sur les murs, les chaussures ainsi suspendues serait un moyen d'expression et de décoration.

Dans certains voisinages, des chaussures lacées ensembles et pendues aux lignes électriques, lampadaires, arbres, etc. est un signe que quelqu'un est décédé (les chaussures appartiennent en général au défunt). La légende veut que quand l'esprit de celui-ci reviendra, il marchera aussi haut que les chaussures sont pendues, c'est à dire un peu plus proche des cieux.

La Cathédrale
La cathédrale Sainte-Marie-Majeure, souvent appelée la Major, est la cathédrale catholique de l'archidiocèse de Marseille. La Major a été construite en style néo-byzantin entre 1852 et 1893 sur les plans de l'architecte Léon Vaudoyer. Elle se dresse sur une esplanade entre le Vieux-Port et le port de la Joliette, sur l'emplacement de l'ancienne cathédrale du XIIe siècle, d'où vient le nom occitan de « Major ». Son architecture et sa décoration intérieure, en marbre et porphyre, lui donnent un aspect particulier pour un édifice religieux.
Elle été érigée en basilique mineure par Léon XIII le 24 janvier 1896. Ses dimensions, comparables à celle de la basilique Saint-Pierre de Rome, devaient, selon la conception de l’époque, être dignes de l’importance de la deuxième ville et du premier port de France.

jjcordier, Zucca, edcone has marked this note useful

Photo Information
Viewed: 454
Points: 10
Discussions
  • None
Additional Photos by Diane Vaillancourt (divail) Gold Star Critiquer/Silver Workshop Editor/Gold Note Writer [C: 607 W: 24 N: 935] (8288)
View More Pictures
explore TREKEARTH