Photos

Photographer's Note

Bonsoir,

Après une excellente nuit passée au Refuge de Carrozzu, je me suis donc élancé, frais et dispos, pour la 3ème étape du GR20, en direction de Haut-Asco. Autant le dire, je suis parti, comme d’habitude ou presque, dans les derniers, accompagné par le couple d’Allemands que je croisais régulièrement depuis le départ de Calenzana.

Cette étape ne doit pas être sous-estimée : en plus de la très longue montée vers Bocca di a Muvrella (2000 m, soit près de 800 m de dénivelé positif depuis le point le plus bas de la journée), il faut composer avec la chaleur, d’autant plus éprouvante que le départ a été tardif, ainsi qu’avec la difficulté des deux étapes précédentes. Un bon moyen, en somme, d’évaluer la faculté de récupération de son organisme, et pour certains, un rappel à l’ordre qui peut être salutaire. Un parcours aussi exigeant que le GR20 nécessite de bien se connaître, en particulier de bien connaître ses limites, pour ensuite organiser ses journées en fonction de ses forces et de ses faiblesses. Personnellement, je ne crains pas la chaleur, donc je peux me permettre de partir « tard » le matin (généralement vers 8h) et de marcher en plein après-midi ; à l’inverse, les personnes souffrant de la chaleur devront partir plus tôt pour ainsi profiter de la fraîcheur matinale et arriver au refuge en début d’après-midi. Les besoins de chacun en eau, en nourriture, en sommeil, le rythme de marche (plus ou moins rapide, constant, fractionné), l’habitude de porter (et parfois de supporter) un sac à dos lourd et volumineux (en moyenne, entre 10 et 20 kg), la capacité aussi à bien gérer les pauses et à reprendre ensuite la marche sans difficultés, la connaissance finalement qu’a chacun de son corps (douleurs aux genoux, chevilles fragiles, ampoules, sensibilité au vertige, etc.), imposent un rythme et une organisation spécifiques. Chacun vit donc son propre GR20 et il n’y a pas deux aventures, deux récits qui se ressemblent ; on peut, dès lors, envisager la randonnée comme une école, et un apprentissage, de la sagesse et de l’humilité. Et il faut, comme moi, s’être engagé, par le passé, dans d’épouvantables galères (Excusez mon ton « ancien combattant » !) pour, en fin de compte, revenir à davantage de mesure et de raison. En Corse, et en montagne, c’est préférable !

En récompense, le GR20 offre des vues magnifiques, comme celle-ci. Elle a été prise depuis les abords du Lac de la Muvrella (1860 m, dans mon dos) et permet de découvrir, au loin, la Citadelle de Calvi, la Pointe de la Revellata et la Vallée de la Figarella. Tout à droite, vous apercevez le sommet de la Punta Pisciaghja (2012 m) et, légèrement en contrebas, Bocca di Pisciaghja (1950 m), où je me trouvais encore la veille ! Je comprends mieux, à présent, pourquoi le vide, de là-haut, m’avait tellement impressionné...

J’ajoute cette photo à mes thèmes consacrés au GR20 et aux Vues lointaines sur Calvi.

À suivre…

Sylvain

jjcordier has marked this note useful

Photo Information
Viewed: 356
Points: 2
Discussions
  • None
Additional Photos by Sylvain GUILLAUMON (Zucca) Gold Star Critiquer/Gold Note Writer [C: 287 W: 3 N: 1375] (4674)
View More Pictures
explore TREKEARTH